Home / TRIBUNE LIBRE / CONFINEMENT : AU TOUR DE BLANDINE L’HIRONDEL

CONFINEMENT : AU TOUR DE BLANDINE L’HIRONDEL

Blandine
Arrivée sur le tard dans le milieu du trail, en 2015, Blandine L’hirondel court depuis avec une facilité déconcertante.

En 2017 et 2018, elle enchaine les bonnes performances et les podiums, ce qui lui vaut d’être sélectionnée en 2019 en équipe de France !

Mais comme ce petit bout de femme ne veut pas s’arrêter là, elle enchaine.

Pourquoi être en équipe de France, participer aux championnats du monde de trail, sans les gagner, aucun intérêt.

Avec son statut de challenger, elle est devenue championne du monde en 2019 solo et par équipe.

En gagnant ce jour-là, face à des machines bien huilée du trail féminin, elle creva l’écran. Elle gagnera d’ailleurs cette année, pas moins de 5 médailles internationales en 5 mois.

Lhirondel
Statistiques

Vous doutez encore de ses capacités :

  • Une côte ITRA à 785
  • 25 courses : 23 courses dans le top 3
  • 18 victoires

C’est que vous n’avez rien compris, changez, mettez-vous à l’aquapottok (aqua poney en basque).

Quand on connait son rythme de vie actuel, prendre du temps pour cette p’tite interview, c’est un joli cadeau que Blandine m’a fait, à quelques milliers de kilomètres.

LPT : Bonjour Blandine, merci de m’accorder un peu de ton temps, avant de commencer à rentrer dans le vif du sujet, comment vas-tu en cette période un peu spéciale ?

Blandine L’hirondel : Merci à toi de me solliciter pour cette interview, ça va très bien, je n’ai jamais été aussi reposée !

LPT : Pourrais-tu déjà te présenter en quelques mots ?

BL : J’ai 29 ans, originaire de Normandie, je suis interne de gynécologie-obstétrique, actuellement en stage à Saint Benoit (à la Réunion) en dernière année avant la fin de mes études.

Blandine Lhirondel

LPT : Tu es sportive de haut niveau, en 9 ème année de médecine, comment gères-tu ton temps, avec ce confinement, entre la maison, le travail, et les entrainements ? Car en plus tu dois être « sur le front » ?

BL : Pour l’instant à la Réunion, nous avons peu de cas de COVID. Par contre, on est soumis aux mêmes règles qu’en métropole, concernant le confinement.

À l’hôpital tout le système est un peu chamboulé aussi, les services sont réorganisés en fonction. Chaque jour de nouveaux protocoles sont proposés, et bien sûr, nous aussi, on manque de matériel ! Un masque pour la journée, t’as pas intérêt à le perdre ! On apprend  à travailler différemment, car tous les jours on fait des découvertes sur cette épidémie.

Mais je ne suis pas au « au front », je n’ai jamais eu à traiter de cas de Covid d’ailleurs. Par contre, la vie continue à suivre son cours, et je suis plutôt en 2ème ligne. Il y a toujours des femmes enceintes à surveiller, des accouchements à faire, des malades à soigner…

Tout ça pour dire qu’en effet, j’ai une vie assez rythmée avec le sport et le boulot, mais ça l’était aussi avant le COVID, c’était même pire !

La semaine quand je travaille, je continue à faire mon sport le matin au lever du soleil (1h de course à pied ou home trainer ou PPG). Ce qui change c’est que dorénavant sur mes jours de repos, je ne vais plus aller me balader ou rouler à droite à gauche.

Au début ça me manquait beaucoup, puis j’ai trouvé une autre occupation : LA THESE !!

Depuis, je passe mes journées de repos entières, sur mon ordinateur, à essayer d’avancer ce bout de papier. J’avoue que ça m’occupe bien, et au moins je ne suis pas tentée d’aller en montagne !

Blandine

LPT : Côté sport, comment fais-tu pour continuer à t’entrainer, garder la forme ? Et quel est ton programme d’entrainement ? Ou tes secrets ?

BL : Comme je n’ai jamais eu un très gros volume d’entrainement, mon plan n’a pas tellement changé. Je fais 2 séances par semaines à côté de chez moi, et les autres jours quand j’ai le temps ou que j’ai envie de me dégourdir les fesses, un peu de PPG ou des footings de 45 min. Comme tu le dis, le but c’est de garder la forme et de me faire du bien mentalement.

Mais désolé je n’ai aucun secret à partager ! Je fais comme un peu tout le monde au final.

LPT : Question qui fâche, ou pas,  côté alimentation avec ce confinement tu t’imposes des régimes spéciaux ?

BL : Si on considère que le grignotage est un régime spécial alors oui !

Je n’ai jamais vraiment fait attention, mais alors là, c’est la cata ! Après ce n’est pas ma faute, le chocolat et les amandes ça aide à me concentrer !! 😊

LPT : Quels vont être du coup tes objectifs pour 2020 ?

BL : Pour l’instant je n’ai plus aucun objectif. J’attends de voir quelles courses vont être maintenues et je vais voir en fonction.

LPT : Je suis impressionné. Comment arrives-tu as gérer la vie de sportive de haut niveau en équipe de France, avec des études aussi difficiles que celles de médecine ?

BL : Déjà, j’ai énormément de chance de ne pas avoir à beaucoup m’entrainer. Je dois faire 10h de sport par semaine en moyenne (avant confinement !), heureusement car j’en fait 6 fois plus à l’hôpital !

Le plus difficile, c’est le regard vis-à-vis des autres avec qui je travaille et à juste titre !

J’aimerais vraiment que les étudiants en médecine et sportifs de haut niveau soient un peu considérés, mais pour l’instant, c’est peanut’s !

Mais je remercie aussi Philippe Propage (mon entraîneur) qui a su s’adapter à la situation, et mon emploi du temps personnel, pour que je puisse continuer. 

Lhirondel

LPT : Je vais faire mon chauvin. On te voit régulièrement  dans notre Pays Basque sur des courses, (Skyrhune, le Xibéro trail, le Senpereko)  ou tu n’as d’ailleurs laissé aucune chance à tes concurrentes.

Que penses-tu de cette région ?

BL : <3 <3 <3 <3 <3 Voilà ce que j’en pense !! <3 <3 <3 <3 <3

Plus sérieusement, j’ai eu le coup de foudre pour le Pays Basque ! J’y ai rencontré des gens extraordinaires, et les paysages (entre mer et montagne), la culture, son entité… Bref, je ne dis pas que je n’y reviendrais pas 😉, il manque des gynécologues en plus !

LPT : En quelques mots, presque inconnue il y a 1 an, tu deviens double championne du monde.

Tu penses à quoi quand tu es sélectionnée, et quand tu passes cette ligne d’arrivée devant de sacrées traileuses ?

BL : Ça va te paraitre étrange, mais j’ai été plus émue et fière lorsque j’ai été sélectionnée en équipe de France que lorsque j’ai passé la ligne d’arrivée des championnats du monde.

Être sélectionnée en équipe de France a été un objectif pour moi, je m’y suis entrainée, j’y ai rêvé, je ne pensais plus qu’à ça pendant 1 mois. J’ai même réussi à me rendre malade la semaine juste avant, à 2 doigts de ne pas faire la course finalement ! Alors quand j’ai su que j’aurai la chance de porter le maillot bleu blanc rouge, tu n’imagines même pas l’émotion que j’ai ressentie !

Alors que les championnats du monde, ca n’était que du bonus !! Pas d’objectif, juste du plaisir (et le meilleur de moi-même !). Je ne vais pas dire que je n’étais pas heureuse à l’arrivée, loin de là, mais je ne réalisais pas.  Je ne m’y étais pas du tout préparée ! D’ailleurs je ne réalise toujours pas !

Lhirondel

LPT : Tu voudrais rajouter un mot sur ce que l’on vit actuellement ?

BL : Je pense qu’il faut voir le verre à moitié plein. Il faut profiter de ce temps précieux pour faire tout ce dont on n’a pas le temps de faire en temps normal. On nous applaudit tous les soirs, nous, les personnels de santé, et tous ceux qui continuent à travailler. Mais moi j’ai aussi une pensée pour tous les autres qui ont perdu leur boulot. Ceux qui sont indépendants et pour qui le retour va être plus difficile que pour nous, qui avons un salaire qui tombe encore à la fin du mois…

LPT : C’est moi qui vais finir en te posant une dernière question. Partout où tu passes, tu fais l’unanimité, tout le monde ne peut que t’apprécier.

Quand je t’ai vue en haut de la Rhune en septembre, avec ce sourire énorme, alors que tous les autres souffraient, c’était extraordinaire.

Tu apportes un vent de fraicheur dans ce sport exigeant, quel est ton secret pour être aussi pétillante ?

 BL : Le plaisir !! Alors oui tu vas me dire, c’est trop facile comme réponse !

Lhirondel

LPT : C’est vrai, trop facile.

BL : Mais pas tant que ça finalement… J’ai eu du mal à retomber sur mes pattes après mon sacre de championne du monde. J’ai déjà été sollicitée par les marques.

 D’incognito, je suis passée à la favorite numéro 1 sur les courses !!

Pas facile de gérer ça. Alors j’ai décidé d’une part de ne pas être sponsorisée, et de rester un peu discrète.

Bien sûr je fais des interviews et je figure dans des magazines. Mais je n’ai pas de page athlète Facebook, ni de compte Instagram, Twitter et j’en passe ! Ça me permet d’être libre, de faire ma course pour moi et personne d’autre (si un peu mon copain qui est mon plus grand fan). Et le jour où vous ne me verrez plus sourire sur une course, c’est que, soit je suis vraiment dans le rouge à ce moment-là parce que je ne suis pas une machine non plus (!), soit que ce sera la fin pour moi, car je ne m’amuse plus !

Timide et réservée, Blandine est une femme atypique dans le milieu du trail.

Non seulement elle n’a pas besoin d’un gros volume d’entraînement pour “performer“, mais c’est surtout par son caractère et sa prestance qu’elle se fait remarquer.

Toujours la banane, le sourire, et la joie de vivre qui illumine son visage.

Blandine Lhirondel

Quand vous la croisez, elle est facilement abordable, simple et gentille. Blandine apporte un vrai vent de fraicheur dans notre sport. Comme elle le dit, elle prend du plaisir, mais beaucoup prennent du plaisir sans arriver à sourire.

Son interview est bien représentative de ce  “phénomène des montagnes”, simple mais efficace, elle va droit au but, l’essentiel est dit.

Milesker Blandine !

Stats et résultats de Blandine

Nos précédentes itw

Confinement : Entretien avec Maxime Cazajous
Confinement : Entretien avec Nicolas Martin
Itw confinement : Entretien avec Ugo Ferrari
Confinement : Entretien avec Sylvain Court
Yoann Stuck – Tranches de vie
Confinement : entretien avec Alexandre Boucheix (alias Casquette verte)

À propos de Thomas De Peyrecave

Check Also

Yoann Stuck

Yoann Stuck – Tranches de vie

Dans la série des interviews “Confinement” Yoann Stuck, ultra traileur français, de renommée internationale, a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ut ut consequat. Nullam pulvinar quis suscipit consectetur nec Praesent libero.