Home / TRIBUNE LIBRE / Yoann Stuck – Tranches de vie

Yoann Stuck – Tranches de vie

Yoann Stuck

Dans la série des interviews “Confinement”

Yoann Stuck, ultra traileur français, de renommée internationale, a accordé un peu de son temps à la rédaction du « P’tit Trailer » pour répondre à une interview exclusive, sur la gestion de son confinement.

Rappelons brièvement son palmarès : 4ème – Ecotrail Paris 2019 ; 1er – Trail Saint-Emilion 2019 ; 9ème – Ultravasan 90 K 2018 (Suède) …

Au cours de cet échange, Yoann nous fournit des conseils sur le renforcement musculaire, sur son alimentation et la gestion de son entreprise de prêt à porter Iamwoodstuck. Une marque lifestyle, qu’il a créée, il y a bientôt deux ans

La rédaction avait déjà rencontré l’athlète, au cours d’une session d’entraînement, en préparation du festival des Templiers. Force est de constater, que Yoann est toujours aussi abordable et garde son image de traileur décontracté et atypique.

Interview téléphonique, du mercredi 15/04/2020, à 18 h

Le P’tit Trailer : Bonsoir Yoann. Tout d’abord merci de nous accorder cette interview, pendant cette période un peu particulière. Est-ce que ça va ?

Yoann Stuck : Oui, il faut dire que je suis bien occupé. Cela me laisse plus de moments, pour partager sur les réseaux sociaux. Je fais moins de sorties en course à pieds donc j’ai plus de temps. En effet, je bouge moins. Je ne bouge pas, même (rires) …

LPT : Comment gères-tu le confinement ?

Y.S : Actuellement, je suis dans le sud. J’ai une maison du côté d’Avignon. En fait, je suis originaire de là, au départ. Je suis juste resté à Ecully, (c’est du côté de Lyon), pour les élections municipales. J’y habite un appartement avec ma compagne. En voyant ce qui se passait en Italie, je lui ai dit que cela allait être compliqué si on restait là … Il y a très peu de temps, j’ai récupéré la maison de ma mère. Elle possède un jardin et est un peu plus grande que notre appartement.). Il y a un garage et des travaux à faire. Je peux installer mon home-trainer dehors.

Pour le home-trainer, j’ai essayé d’anticiper. Le lundi (premier jour du confinement) avant l’engouement, je l’ai commandé et reçu la semaine suivante !

LPT : As-tu des enfants ?

Je suis avec ma compagne et ma fille Charlie, qui a cinq ans.

LPT : Comment ça se passe ? Tu as assuré les cours ?

Rires … En fait, la maîtresse donne par vagues, du travail à faire. Après, elle est en moyenne section. Ça va ; ça se passe. Parfois, c’est un petit peu pénible forcément. Tu as envie d’être tranquille et tu es tout le temps avec. Après, on est en maison avec jardin. Je lui ai installé quelques trucs. Elle a cinq ans et est quand même gentille.

Yoann Stuck

LPT : Comment cela s’est-il passé au début du confinement, pour tes entraînements en course à pied ?

Y.S : J’ai couru pendant une semaine, alors qu’il n’y avait pas encore eu l’annonce. Au départ, il fallait juste faire attention. J’allais courir dans les bois, autour. Après, je n’ai plus rien fait du tout. Ensuite, j’ai reçu mon home-trainer. Maintenant, je ne fais plus que ça. Je l’utilise deux heures par jour. Je ne vais pas aller « trop dans les tours ».

Il y en a plein qui roule comme des « bazuts ». Ils vont se fatiguer en faisant du home-trainer. Moi, je suis plutôt dans une dynamique où je fais du maintien.

LPT : Comment conçois-tu tes entraînements avec le home-trainer ?

Y.S : Je vais faire une, voire deux séances dans la semaine, pendant lesquelles, je fais du travail pyramidal (en watts). Un cycliste s’entraine en watt. Plus tu mets de braquet et plus tu es puissant. Dans un sprint, les cyclistes montent à 1000 watts environ.

Pour avoir une idée, Chris Froome roule à 400 watts (environ) en montée. L’équipe Ineos ne travaille qu’avec ça. Froome regarde toujours son compteur. Tout est calculé. Donc, j’ai acheté un home-trainer connecté. Il calcule la cadence, les watts et met de la résistance. J’utilise l’application Zwift. On peut alors rouler comme dans la réalité.

LPT : Peux-tu nous en dire un peu plus, sur la mise en place de tes séances, avec le home- trainer ?

Y.S : Tous les vendredis à 18 h 30, j’organise des « sorties » avec la FDJ. Une semaine, c’était avec Maëlle Grossetête (championne de France contre la montre espoirs 2019) de la FDJ Nouvelle Aquitaine. La semaine dernière, c’était avec Valentin Madouas (13ème du tour d’Italie 2019) de l’équipe Groupama-FDJ. On va faire ça jusqu’à la fin du confinement.

Les séances sont ouvertes à tout le monde. Il faut avoir un home-trainer connecté … La séance dure une heure et en même temps je fais un « live instagram » avec le « pro ». Comme il y a pas mal d’interactions et de questions ; j’interviens aussi … On crée un truc ludique.

LPT : Arrives-tu à suivre les séances ?

Y.S : De façon générale, l’athlète professionnel a fait son entraînement le matin. Il est content. On ne va donc pas rouler comme des « brutes ».
Sur l’application, il peut y avoir jusqu’à cinquante personnes connectées. A chaque fois, la séance est complète. On essaye alors de rester tous groupés …

Yoann Stuck

LPT : Est-ce que l’application recrée les ambiances du peloton ?

Y.S : Exactement. C’est ça qui est intéressant. Parfois quand tu roules tout seul et que tu vois qu’au loin, il y a des coureurs. Tu fais l’effort pour les accrocher. Ainsi, tu bénéficies de l’aspiration comme dans un peloton.

LPT : Quelle est la différence avec la réalité ?

Y.S : J’en parlais avec Valentin Madouas. Pour lui, le home-trainer, c’est beaucoup plus dur que sur la route. Il faut rajouter « 20 watts » de plus. D’après son avis, une heure de home-trainer équivaut à deux heures, sur la route.

LPT : On pourrait donc ne faire que du home trainer pour être un champion ?

Y.S : Après, tu n’as pas la technique, ni le vent, ni les éléments qu’il y a autour comme le revêtement, les virages … En descente, tu roules à 80 km/h même dans les virages. Tu es toujours à 80 km/h. Tu fais l’effort pour lancer une vitesse. Ensuite, tu peux arrêter de pédaler et te mettre en position aérodynamique.

LPT : Fais-tu du renforcement musculaire ?

Y.S : Je fais un “live” de renforcement musculaire, le mercredi sur ma page instagram. Si non, je suis des gens. Tu sais ; je fais de la programmation d’entraînements. Donc là, c’est un travail différent car je ne peux pas les envoyer courir.

Je leurs propose quatre entrainements de renforcement par semaine, assez « cardio » en mode tabata¹. Il s’agit d’efforts courts, avec une récupération courte, enchainés sur plusieurs exercices. On travaille le haut du corps, les abdos et les jambes. Il y a un travail de coordination avec des squat-jumps, des burpees,… Je travaille également avec des poids. Je vais le faire aussi en mode « cardio » où tu vas chercher la tétanie musculaire. Après, je travaille tout ce qui est filière acide lactique, avec de l’enchainement en chaise. Je fais aussi un entrainement spécial force, avec des épaulées jetées, par exemple.

¹. Tabata : Technique d’origine japonaise qui permet de maintenir ou légèrement développer la masse musculaire et d’améliorer l’endurance de puissance ainsi que d’augmenter la combustion des graisses.

LPT : Que conseilles-tu aux personnes qui n’ont pas de home-trainer et qui ne veulent pas faire le tour de leur pâté de maison ?

Y.S : Je comprends … Moi je suis pour l’optimisation de l’entraînement. Je ne suis pas pour la quantité mais plus pour la qualité. Il faut avoir une période de volume à un moment donné mais ensuite, il doit vraiment y avoir de la qualité. Le volume ça ne se perd pas, alors que la qualité se perd rapidement.

Je travaille de ce fait, sur du fractionné. Je vais plus partir sur du « jerk¹ ». Ça ressemble un peu au « tabata ». Tu n’es pas non plus à fond. C’est comme si tu maintenais une allure 10 km, plutôt que de la VMA². L’athlète est sur une récupération courte et active. Ce sont des blocs qui ne sont pas forcément longs. Tu n’es pas obligé de t’échauffer beaucoup.

Si tu es dans un endroit et que tu veux absolument courir alors tu peux faire ces exercices. Après il y a le « myo cross max³ », il peut se faire en côte mais aussi sur le plat.

Tu pratiques sur le plat et tu réalises des enchaînements de chaise / accélération où la récupération se fait pendant la chaise. La charge de travail peut être de 10 fois 30-30 (30 secondes de chaise – 30 secondes de vitesse). C’est quand même pas mal.

Cardio

¹. Jerk : le Jerk consiste en une série d’allers-retours sur une côte moyenne sans difficulté technique, tout en allant de plus en plus vite dans les descentes.

². VMA : La vitesse maximale aérobie, en abrégé VMA, est la plus petite vitesse de course à pied à partir de laquelle une personne consomme le maximum d’oxygène.

³. Myo cross max : Le «myo cross max» est un mélange de renforcement musculaire et de travail de course en intervalle training.

LPT : Cela ne pose-t-il pas de problème, pour l’organisme ?

Y.S : On est quand même sur une période, où tu as le corps perturbé malgré tout. Même si tout le monde ne le ressent pas comme ça. Il ne faut pas trop perturber son corps. Lui, il ne sait pas trop ce qu’il doit faire ; s’il doit se mettre en pause ou s’il doit continuer. Je trouve que le mieux c’est de rester sur du maintien, pour le moment.

De toutes les façons, si tu avais des objectifs à faire ; ben là, en ce moment … ça va être hyper compliqué. Il vaut mieux faire du maintien, histoire de ne pas tout perdre non plus. Généralement, on est un peu laxiste côté renforcement …

Donc, d’en faire un peu plus, je ne dis pas qu’il faut en faire tous les jours car le corps va saturer après. Si tu en fait tous les deux jours ; c’est pas mal.

LPT : Comment gères-tu ton alimentation ?

Y.S : Je vais avoir plus tendance à « picoler ». Avec les « whatsapéros » les trucs comme ça. Je n’en refuse jamais (rires) … On s’est bien fait plaisir, il y a peu de temps. Je me suis dit que quand on l’avait fini, je n’en reprendrai plus ….

Côté alimentation, je suis quelqu’un qui fait plus de l’entraînement cétogène¹.

Il y a le régime cétogène. Si tu regardes C. Froome physiquement, comment il est. Hé bien moi, je ne veux pas être comme ça. C’est un gars qui ne mange plus du tout de féculent et plus de sucre. Il (Froome) fait un inversement métabolique et va plus puiser dans les graisses. C’est très contraignant physiquement.

Moi, je suis plus sur de l’entraînement cétogène. C’est-à-dire, quand je vais m’entraîner, je suis plus en mode « low carb ». Je vais puiser dans les graisses plus que dans les sucres. Ça m’entraîne sur des courses de 80 km, quand tu commences à avoir le coup de fringale, qui te fracasse bien là. Cette façon de s’entrainer, te permet de gérer plus cela et surtout ça te permet de prendre moins d’apports en sucres pendant tes courses. Quand tu prends une compote en course par exemple, il y a un effet direct. Donc, je vais plus travailler dans ce sens. Alors, je mange des féculents uniquement le soir. Une fois que je me suis entraîné …

¹. Régime cétogène : Le régime cétogène repose sur une réduction drastique de l’apport en glucides (pas plus de 50 grammes par jour pour un adulte) au profit d’un apport massif en lipides (70 à 90 % de l’apport énergétique total), avec un apport en protéines qui reste à 15-20% des apports.

LPT : Quels sont les avantages par rapport à une alimentation traditionnelle ?

Y.S : Il y a beaucoup de gens ont une alimentation traditionnelle. Quand tu manges beaucoup le midi, par exemple, le problème qu’il y a ; c’est qu’après tu as un coup de barre. Tu puises énormément. C’est comme si tu faisais du sport. C’est pour ça que tu as un coup de fatigue, 1h à 1h30 après.

La sieste

Il vaut mieux l’avoir le soir, car il y a cet élément de satiété. Je ne dis pas qu’il faut surdoser. Le soir, tu as un inversement métabolique. Quand tu prends des féculents, ils vont se transformer en acide aminés. Donc c’est bien pour la récupération. C’est un petit truc en plus qui n’est pas mal. La journée, tu vas moins puiser. Le midi, tu manges une source de protéines ; ce que tu aimes ; pas non plus très gras. Puis, tu fais des légumes cuits et un ou deux fruits.

LPT : C’est ce qui fait la différence avec les professionnels ? Il y a une part importante liée à l’alimentation ?

Y.S : Au début sincèrement, je n’y croyais pas. J’ai joué le jeu. Après, tu n’as pas les bienfaits d’un coup mais au bout d’un mois, tu vois la différence. Franchement, tu es mieux quand tu pars courir. Tu es léger. Il y a vraiment une nette différence.

LPT : As-tu des objectifs de courses cette année ? L’année dernière tu étais inscrit sur les Templiers, qui avaient déjà été annulés (rire)

Y.S : Je devais courir sur l’Ecotrail Paris, qui a été annulé. Je devais faire le Marathon des sables surtout ; annulé aussi. Je m’étais également inscrit sur la Mozart 100 (une manche de l’UTWT – ultra trail world tour) ; annulée la semaine dernière.

J’ai quand même eu la chance, de courir deux courses en début d’année. J’ai fait l’Ecotrail AlUla, en Arabie Saoudite. Au niveau de la température ça allait. Il faisait 25°C. J’avais participé avant, à une course à HongKong (la HK 100, en janvier).
Après je suis engagé sur la 6000 D, mais je n’y crois pas trop.

LPT : La rédaction s’était engagée sur la Pierra-Menta été et l’Ut4M mais on n’y croit pas trop ? Et pour l’UTMB, qu’en penses-tu ?

Y.S : Je suis inscrit sur la CCC ; je n’y crois pas du tout. Ils disent qu’ils vont en parler dans deux semaines. C’est une course internationale …

Yoann Stuck

LPT : Tu étais inscrit sur l’Ecotrail Paris ? Qu’en est-il ?

Y.S : L’Ecotrail Paris, en octobre ; j’irai sûrement. Il y a plein de course sur Paris à cette époque. J’étais inscrit sur le semi-marathon de Paris, mais j’y serais allé en « mode prépa ». Je vais donc courir le semi-marathon pour me préparer. La fin d’année risque d’être très chargée …

LPT : A propos, comment cela se passe-t-il pour ta marque ? Comment gères-tu ça ?

Y.S : En ce qui concerne la marque “Iamwoodstuck“, nous avons pas mal anticipé. En effet, on a pris tout le stock avec nous. Nous pouvons assurer les commandes. Evidemment, les délais de livraison sont un peu aléatoires. Ce qui est bien, c’est que l’on fait des colissimos affranchis. Donc il n’y a pas de contact avec la poste. Le postier récupère le colis dans notre boîte aux lettres. Il prend le colis et après il l’envoie.

En ce moment c’est quand même calme. On n’a pas mis de « coup de boost » car on ne savait pas trop ce que ça allait donner. C’est compliqué de dire venez acheter alors que les gens, ça serait bien, qu’ils mettent de l’argent pour faire des dons. Du coup, nous n’en avons pas trop parlé. On s’est calmé. Alors, on attend …

LPT : As-tu envisagé de faire des nouveaux modèles ?

Y.S : On avance petit à petit …Cela fait vraiment un an que l’on s’est investi dedans.

LPT : Qu’est-ce que tu penses des gens, qui font des challenges sur les réseaux ?

Y.S : Je trouve cela totalement débile. Ça n’apporte rien. D’une part, si la personne a le virus en elle ; au niveau du cœur, cela peut être n’importe quoi. Cela peut être très mauvais pour lui (ou elle). De publier ça sur les réseaux … Le « gars » il a fait un marathon sur son balcon … Après, c’est de la surenchère.

LPT : En vélo, les gens font aussi des challenges sur leur home-trainer ?

Y.S : Quand c’est pour la bonne cause ; je veux bien…

LPT : On peut faire autre chose ? On aurait plutôt tendance à profiter du soleil dans son jardin ?

Y.S : Carrément … là je suis en train de me battre pour avoir des plants de tomates, des courgettes, planter des arbres … Je préfère faire mon renforcement comme ça. Vu que le confinement va durer longtemps ; je plante deux trois arbres, avec ma compagne. Pour la petite, c’est instructif.

Jardinage et savoir vivre

LPT : Comment pressens-tu la fin du confinement ?

Y.S : Cela va faire comme un effet pyramide. Déconfinement progressif. Je pense qu’on va pouvoir bouger peut être plus en région, sans aller trop loin. Après on ne peut pas aller à l’étranger. Partir à la montagne ? Est-ce que les stations vont ouvrir ? Ça ; c’est encore une autre histoire …

La restauration, il ne vont rien faire. J’ai un gars que j’entraîne et qui possède un bar. Il avait ouvert des fûts qui vont être perdus (la durée d’un fût ouvert est de trois ou quatre jours). Il en a bu un (rire). Le reste …

LPT : Tu es aussi beaucoup sur les réseaux sociaux ?

Y.S : Oui pas mal. Sinon en attendant, les mercredis, jeudis et vendredis, je fais des « lives » sur Instagram à 10 h. J’inverse la parole et la donne à mes partenaires ; ceux qui me soutiennent. Je discute avec pour savoir comment se passe le confinement. Il va y avoir aussi des petites marques qui débutent.

Un ami kinésithérapeute, qui a été obligé de fermer son cabinet, va intervenir mais aussi des marques comme Gore, Brooks … Je fais cela jusqu’à la fin du confinement, car toutes les marques ont répondu présentes.

En attendant le déconfinement

Merci Yoann d’avoir pris sur ton temps, pour répondre à nos questions. Nous ne manquerons pas, avec la rédaction, de te suivre sur les réseaux et de partager tes entraînements home-trainer  …

Les précédents articles sur l’athlète

Yoann Stuck hors normes

Iamwoodstuck

Stats et résustats de Yoann Stuck

À propos de Nicolas Trawicki

Check Also

Casquette verte

Confinement, entretien avec Alexandre Boucheix (dit Casquette verte)

En cette période unique que nous vivons, nous avons voulu recueillir les impressions et le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

tempus felis elit. ipsum Donec quis Praesent