Home / Textile / Test des chaussettes étanches, Trail-Dry de Verjari

Test des chaussettes étanches, Trail-Dry de Verjari

Trail-Dry

Courir les pieds au sec, avec les chaussettes Verjari

Lors d’un trail, en forêt ou en montagne, il nous est tous déjà arrivé de mettre les pieds dans la boue, dans une flaque d’eau, de traverser une rivière et d’avoir les pieds trempés, au bout de quelques heures de course. Le traileur affronte parfois, les pires conditions (pluie, vent, neige, …). Les meilleurs chaussures en goretex ne résistent pas longtemps aux intempéries et n’empêchent pas l’eau de s’infiltrer jusqu’aux orteils. Les ampoules, cause d’abandon, peuvent fragiliser le pied, même s’il on s’est préparé pour l’objectif.

La solution : le modèle Trail-Dry, gamme de chaussettes 100% étanches de Verjari (consulter le site de la marque). Elles assurent le confort du pied pendant la course et maintiennent celui-ci au sec. On le confirme, car à la rédaction, on avait déjà testé le modèle Mountania, version haute de la Trail-Dry.

L’essentiel

  • 100% étanche
  • Respirante
  • Coupe-vent
  • Sans couture
  • Condition d’utilisation : Température supérieure à 0°C
  • Longueur : En dessous du mollet
  • Couleurs proposées : Noir – bleu ou fuchsia
  • Tailles disponibles : 36-38 / 39-42 / 43-46 / 47-49
  • Composition (détails dans l’article de la marque) ; couche externe : 98 % nylon, 2 % fibre élastique
    la couche intermédiaire : membrane respirante et étanche
    couche interne en fibre de bambou
  • Poids moyen : 43 g
  • Lavage : 40°C
  • Prix : 29,90

En premier lieu

La paire de chaussettes est livrée dans une poche zippée. On peut y lire l’inscription « 100 % étanche » en gros caractères et apercevoir le logo de la marque. La couleur noire de la chaussette est sobre. Une étiquette, sur la partie supérieure extérieure, met en avant le logo de la marque. Son emplacement permet sans doute de repérer le bon pied.

Etiquette

Au toucher, le textile a l’aspect et la texture d’un chausson de plongée en néoprène. La partie intérieure est plus douce. Peut-être le textile en fibre de bambou ? Plusieurs questions me viennent alors à l’esprit ; « 100% étanche » ? ; « Le pied va-t-il correctement respirer ou rester humide à cause de la transpiration » ? Je suis impatient de vérifier tout cela sur le terrain.

Sur le terrain

Ski de randonnée

Je suis tenté d’essayer les chaussettes, au cours de plusieurs sorties en ski de randonnée, sur le domaine des Arcs. Nous sommes cantonnés à suivre les pistes balisées, car les conditions de nivologie ne sont pas bonnes cet hiver, avec des risques d’avalanches marqués.

Trail-Dry

Le premier jour, je reste fidèle à mes habitudes et pars avec des chaussettes classiques, montantes, en laine mérinos. Au bout de cinq heures de ski et 1200 m de D+, nous retournons à la station car je suis bien marqué par cette journée de reprise. Je fais sécher mon équipement, mes pieds sont trempés à cause de la transpiration et de la neige accumulée dans la chaussure.

Le lendemain, je décide de m’équiper des chaussettes Verjari, gamme Trail-Dry. L’autre paire n’a pas eu le temps de sécher. Mes amis, que j’entraîne à la découverte de l’activité sont sceptiques et intrigués par le concept. Je leurs fait donc découvrir le textile.

Sensations

Mon pied est confortablement installé, grâce à la partie intérieure en fibre de bambou. Dans la chaussure de ski, je me sens bien, pas de gêne ; l’absence de couture y contribue. La montée se fait sans encombre, pas de frottements. Le pied est au chaud (la température extérieure est quand même négative : -2°C). Au cours de la journée, le temps se réchauffe et c’est l’occasion de faire une petite pause. J’en profite pour me déchausser pour détendre mes pieds. Je suis à peine surpris … Mes pieds sont secs. C’est une sensation que j’avais déjà eu avec la version Mountania de Verjari. Les conditions étaient à l’époque, plus fraîches.

ski

Au cours de toutes les sorties de la semaine (une trentaine d’heures et quelques 5000 m de D+) ; je n’ai subi aucun frottement.

“La chaussette a parfaitement rempli son rôle, en y ajoutant même du confort.”

Elle est étanche et a parfaitement résisté aux amas de neige dans la chaussure. Elle est respirante car le pied n’est pas mouillé, même au bout d’une journée de ski de randonnée. Je n’ai pas eu froid.

Course à pied

Vu le nom du modèle, Trail-Dry, faut-il le rappeler, les chaussettes sont plutôt conçues pour le trail running. Je veux quand même tester de nouveau l’étanchéité du produit, lors d’une sortie en course à pieds afin de balayer tous mes doutes. Je donne rendez-vous, un dimanche matin, à un de mes fidèles amis, pour une sortie trail de trois heures. Le temps est plutôt ensoleillé et chaud. Cela change des conditions hivernales, de ces dernières semaines.

Eau

Le test de l’eau

Je pars, équipé des chaussettes Trail-Dry de Verjari. Les pieds sont confortablement installés dans les chaussures et la sortie s’effectue avec aisance. Pour faire le test, il va falloir chercher longtemps les pièces d’eau car le terrain est assez sec. Un bassin assez profond et une fontaine vont m’en donner l’occasion. Le bassin ne permet pas de courir alors je m’assois et y trempe complètement les pieds, pendant une dizaine de minutes. Je laisse même couler l’eau d’une fontaine, sur mes pieds …

Trail-Dry

Résultat

Le résultat est bluffant ; le pied est complètement sec. Le passage dans les flaques d’eau aussi profondes soient-elles est alors un jeu d’enfant. Les pieds sont bien protégés. Je repars quand même avec quelques grammes d’eau supplémentaires, accumulés dans les chaussures. Celle-ci s’évacue bien au cours de la sortie.

Au bout de trois heures de séance, les pieds sont restés confortablement au sec. Je n’ai pas été gêné dans ma progression. La chaussette, typée trail, a encore parfaitement rempli son rôle. Le modèle montagne m’avait déjà séduit, il en est de même pour la Trail-Dry.

Ligne d’arrivée

La paire de chaussettes Trail-Dry est composée d’un molleton interne, en fibre de bambou. Celui-ci procure du confort aux pieds. En conditions humides, par temps de pluie ou même en pleine immersion, les pieds sont au sec et respirent, grâce à la membrane intermédiaire spéciale. Elle remplit parfaitement son rôle et empêche l’eau de pénétrer. La membrane évacue dans le même temps la transpiration de l’intérieur vers l’extérieur de la chaussette.

Neige

La paire de chaussettes, version Trail-Dry est sans couture. Elle réduit les frottements pendant l’utilisation, ce qui est appréciable pour les sorties longues. Le modèle est aussi moins épais, que son cousin la Mountania. Elle sera donc plutôt réservée aux activités en plein air, avec des conditions moins hivernales.

Quel type d’activité ?

La chaussette Verjari est parfaitement adaptée pour le trail running, le ski de randonnée voire les sports aquatiques comme le canyoning, le rafting ou autres. Le textile a bien résisté aux éléments extérieurs, même après plusieurs lavages en machine. Il permet au traileur d’évoluer dans des conditions humides et de passer les obstacles d’eau ou de boue, en gardant les pieds au sec.

Cela constitue un atout non négligeable, surtout lorsqu’il s’agit de courir pendant de longues heures et de passer des nuits en montagne. Le pied est ainsi protégé contre les agressions causées par la pratique du sport en extérieur : froid, frottements, …

Trai-Dry

Nos articles sur le matériel

À propos de Nicolas Trawicki

Check Also

EVADICT

Nouveauté EVADICT : Le collant de trail  

Protection et confort contre le froid On a tous dans nos armoires de sportifs, des …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

tempus id, efficitur. mattis Phasellus libero ultricies mattis nec elit. sed